Qu’est-ce que l’entropie culturelle ? 

Il s’agit d’un indicateur de dysfonctionnement de l’organisation, une mesure de la quantité d’énergie consommée à faire des choses inutiles et non productives (conflits, frictions et frustrations) que rencontrent les salariés dans leurs activités quotidiennes et qui les empêchent, eux, ainsi que leur entreprise, d’agir de façon performante.

L’entropie culturelle est ainsi définie comme la quantité d’énergie consommée à la réalisation d’un travail improductif. Elle reflète le niveau de dysfonctionnement d’une organisation et impacte directement la rentabilité de l’entreprise.

Impact de l’entropie sur l’engagement des collaborateurs et la performance financière

Le graphique ci-dessous provient d’une étude mené par le Barrett Values Centre et Hewitt Associates en juin 2008 auprès de 163 organisations en Australie et en Nouvelle Zélande. Il illustre la relation qui existe entre l’entropie culturelle et l’engagement des salariés. 

Les résultats de cette étude montrent une forte corrélation négative entre entropie culturelle et engagement des salariés.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Que les entreprises avec une entropie culturelle faible connaissent un fort engagement et inversement.

Les principales sources d’entropie culturelle dans une organisation sont les actions et les comportements fondés sur la peur des dirigeants, cadres et managers de proximité qui vont générer des comportements tels que le contrôle, la manipulation, le blâme, la compétition interne, etc,), l’entropie culturelle augmente et l’engagement des salariés diminue.

A l’inverse, lorsque les managers privilégient des comportements de confiance, de souci des autres et de responsabilisation, l’entropie culturelle diminue et l’engagement des salariés augmente.

Diminuer l’entropie conduit à une forte croissance des revenus

Une étude de Gallup, sur l’engagement des salariés, fruit de plus de 30 ans de recherche économique approfondie sur les comportements de 17 millions de salariés, déduit que les organisations ayant des salariés très engagés ont un taux de croissance de leur résultat par action de 3,9 fois supérieur à celui des organisations avec un engagement faible dans un même secteur industriel.

 Les équipes sont plus productives, plus rentables et plus orientées client ; elles ont également des taux de rétention plus élevés, moins d’incidents liés à la sécurité et moins d’absentéisme que les équipes désengagées.

AON Hewitt, un autre cabinet mondial de conseil en ressources humaines a constaté que les entreprises avec un niveau d’engagement élevé (égale ou supérieur à 65%) étaient plus performantes que celles du marché boursier, avec des rendements pour les actionnaires supérieurs de 22% à la moyenne. Les entreprises avec un engagement faible (égale ou inférieur à 45%) avaient des rendements pour les actionnaires inférieurs de 28% à la moyenne.

Après des recherches auprès de plus de 7000 entreprises, AON Hewitt estime qu’un salarié désengagé coûte en moyenne à une organisation 10.000 $ par an de bénéfice. Les organisations avec un engagement élevé sont plus productives de 78% et plus rentables de 40%.

Impact de la culture d’entreprise sur la performance financière, ou « résultat net »

Plus le degré d’accord entre la culture d’entreprise souhaitée et la culture perçue comme telle est élevé, meilleure est la performance financière.

En d’autres termes, les divisions les plus performantes sur le plan financier sont celles qui se comportent de manière conforme à la culture souhaitée de l’entreprise, alors que les divisions les moins performantes (financièrement) sont celles qui se comportent de manière incompatible avec la culture souhaitée.

Le graphique ci-dessus mesure le degré de similitude entre la culture d’entreprise souhaitée et la culture perçue comme existant dans chaque division.

C’est dans cette mesure que les gens perçoivent que leur division se comporte de manière cohérente avec la culture souhaitée par l’entreprise.

Vous souhaitez mesurer votre niveau d’entropie culturelle, contactez-nous !