Le risque de « Conformité Robotisée »

our favoriser des cultures qui peuvent réellement inciter les personnes à adopter les comportements souhaités, les organisations doivent commencer par comprendre leur culture actuelle afin de comprendre ou sont leurs risques. C'est un travail difficile, mais absolument essentiel car la capacité de jugement est au cœur de presque tous les scandales de ces dernières années. Une organisation qui néglige sa culture court donc un risque probablement encore bien plus important qu'une organisation qui néglige ses règles.

La culture du risque constitue-t-elle un risque majeur pour l’entreprise ?

La culture du risque constitue-t-elle un risque majeur pour l’entreprise ?
Récemment, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon a adressé une lettre à ses actionnaires pour proclamer son amour du risque :
« Nous voulons être une grande entreprise qui soit aussi une machine à invention ». Il y explique qu’il faut « faire des paris ambitieux, quitte à se planter ».
Cette prise de position n’est pas seulement une opération de communication vers les marchés. « Le message, c'est que le risque est gagnant », souligne Benoît Flamant, de Fourpoints IM. C’est également une façon de rappeler que « ceux qui ne partagent pas cette culture ne sont pas obligés de rester ».
La culture du risque est en effet essentielle à l’atteinte des objectifs stratégiques dans la mesure où elle constitue le fondement même de la prise de décisions en matière de risque. Des décisions prises fréquemment de façons intuitives ou routinières comme le montre les travaux de Daniel Kahneman, spécialiste de la psychologie cognitive et prix Nobel de sciences économiques en 2002 conjointement avec Vernon Smith.

De la maîtrise des risques…. à l’innovation

De la maîtrise des risques…. à l’innovation
 « Il n’est rien de plus difficile à prendre en main, de plus périlleux à diriger, ou de plus aléatoire, que de s’engager dans la mise en place d’un nouvel ordre des choses, car l’innovation a pour ennemis tous ceux qui ont prospéré dans les conditions passées et a pour tièdes défenseurs tous ceux qui peuvent prospérer dans le nouvel ordre des choses. » Nicolas Machiavel.
 
Changement de paradigme
 Et si dans un monde en pleine mutation, à l’heure de la révolution digitale qui accélère le mouvement et raccourcit le temps, les business models traditionnels venaient à être remis en cause par de nouveaux modèles disruptifs ?
Et si un modèle d’entreprise à la ligne managériale très marquée s’opposait de plein fouet à un contexte d’innovation et d’environnement protéiforme ?
Et si le protectionnisme d’un groupe d’individu, à imposer sa position sociale, faisait obstacle à l’introduction de nouvelles solutions et venait paralyser notre capacité à évoluer ?